Menu

Côte d’Ivoire: Démolition du marché noir de médicaments d’Adjamé-Roxy


Ils étaient environ 150 éléments des forces de l’ordre et de défense à prendre d’assaut à la première heure, le célèbre marché noir de médicaments, dénommé “Roxy”, situé à Adjamé, la commune populaire et commerciale de la capitale économique ivoirienne, Abidjan. Leurs cibles, les installations de ces « pharmacies par terre » détenues par des commerçantes bien implantées depuis plus d’une vingtaine d’années. Selon une source au sein de l’ordre des pharmaciens de Côte d’Ivoire, ce marché représentait 30% des ventes de médicaments en Côte d’Ivoire. Le secteur pharmaceutique légal enregistre chaque année “une perte de 40 à 50 milliards de francs CFA (76 millions d’euros) dont plus de 5 milliards destinés à l’Etat, due à l’existence d’un marché de rue des médicaments”. « Les pharmacies » d’Adjamé-Roxy, à en croire les spécialistes en la matière, proposent de faux médicaments aux populations et quand ces médicaments sont authentiques, ils sont « mal conservés”. Leurs clientèles sont les personnes à très faibles revenus et surtout celles touchées par l’analphabétisme. La présidente de ces commerçantes, Sita Koné, a interpellé ses collègues à “une reconversion pour éviter la prison”. Les faux médicaments ont gagné une proportion considérable et estimée à 10% du marché pharmaceutique mondial avec un chiffre d’affaires estimé à environ une centaine de milliards de dollars, selon l’Institut international de recherche anti-contrefaçon de médicaments (Iracm), basé à Paris. En Afrique, un tiers des médicaments vendus est soit faux soit illicite. L’Inde s’illustre à la tête des pays fabricants les médicaments illicites, tandis que la Chine se place dans le peloton de tête des pays où sont fabriqués les faux médicaments.

No comments

Laisser un commentaire