Menu

Côte d’Ivoire: Lutte contre la vie chère, le Gouvernement annonce le blocage des prix et des marges du riz, de l’huile, du sucre

Jeudi 1er 2017 –  Le Gouvernement ivoirien a pris aujourd’hui en conseil des ministres des mesures importantes face à la chereté de la vie dans trois postes de consommation, notamment le transport, l’alimentation et le logement.

Dans l’immédiat relativement à l’alimentation, les prix Rechercher prix et les marges sur le riz, l’huile et la tomate concentrée, les sucres et les ciments sont bloqués conformément à l’ordonnance 2013-662 du 20 mars 2013 relative à la concurrence.

Concernant le transport, un cadre de concertation sera mis en place et permettra de renforcer la lutte contre les faux frais.

Ce cadre va comprendre, l’office de la fluidité des transports, l’unité de lutte contre le racket, le conseil national de lutte contre la vie chère Rechercher vie chère et le haut conseil du patronat des entreprises de transport.

Un nouveau plan de desserte des bus de la SOTRA sera mis en place qui permettra à ces bus d’aller plus loin qu’ils ne le font aujourd’hui.

Au niveau du logement les conditions de bail à usage d’habitation et de bail à usage commerciale seront l’objet d’une règlementation plus stricte.

Selon Bruno Koné, le Gouvernement a commencé à travailler sur un texte qui permettra d’encadrer les baux qu’ils soient à usage d’habitation ou à usage commercial.

En ce qui concerne l’alimentation, le Gouvernement annonce la restructuration du conseil national de lutte contre la vie chère Rechercher vie chère présidé par le Premier ministre.

Une communication sera faite désormais de façon semestrielle au conseil des ministres et sera rendue publique à toute la Côte d’Ivoire qui permettra de mesurer l’évolution d’une date donnée et le semestre suivant.

Il annonce également la reforme de l’office d’aide à la commercialisation des produits vivriers pour lui permettre d’assurer plus efficacement sa mission d’organisation, d’encadrement de rationalisation et de commercialisation des produits vivriers, la restructuration de la commission de la concurrence pour la doter d’une organisation appropriée qui la dispense des activités de lutte contre la vie chère Rechercher vie chère et qui lui permettra de traiter plus efficacement les requêtes venant du Gouvernement, l’institution d’un cadre permanent de concertation avec les opérateurs économiques, ceux qui sont en charge des produits de grande consommation, de produit vivrier.

Le ministre de la Communication précise que le Gouvernement veut à travers ces mesures faire en sorte que dans quelques années ont ne parle plus de la vie chère Rechercher vie chère avec les mêmes mots qu’aujourd’hui.

Il faut noter que ces mesures font suite comme l’a indiqué le porte-parole du Gouvernement aux études faites en 2014 d’abord et en 2017 ensuite.

Ces études indiquent principalement trois postes de consommation qui sont jugés les plus importants par les ivoiriens.

L’alimentation 25%, le logement 13% et les transports 12%. Accessoirement viennent la communication 7%, la santé 4% et l’éducation 3%.

C’est pourquoi, le Gouvernement a décidé de mettre l’accent le plus fortement possible sur les trois premiers postes.

Bruno Koné soutient que tout sera mis en œuvre à partir de maintenant pour que sur ces trois postes qu’il y ai des résultats tangibles, le plus rapidement possible qu’ils soient visibles, soient sentis effectivement par les populations.

Les causes de la cherté de la vie en Côte d’Ivoire sont énormes. Le ministre a enfin affirmé que l’importance du secteur informel qui multiplie le nombre d’intermédiaires est un facteur de cherté de la vie, tout comme la faiblesse des circuits de distribution et l’insuffisance des infrastructures et équipements de collecte de groupage et surtout de conservation.

« La saisonnalité des produits vivriers, parce que notre production dépend de la nature, la forte augmentation du commerce transfrontalier surtout sur les produits vivriers, la forte urbanisation qui éloigne les centres de production des consommateurs, la persistance des faux frais, la mauvaise qualité des pistes, » sont également des facteurs de la vie chère, a conclu Koné.

 

Wassimagnon, Abidjan

koaci.com

No comments

Laisser un commentaire